[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Pollution de l’air : au lieu d’étendre les transports gratuits, ils les limitent !

Par Julien Varlin (13 janvier 2017)
Tweeter Facebook

Le Syndicat des transports d’Île-de-France (STIF) a décidé ce mercredi de mettre fin à la pratique courante de rendre gratuits les bus, métro et trams de la RATP en cas de forts pics de pollution. C’est ce que voulait la présidente de région, Valérie Pécresse. A la place, c’est un forfait jour à tarif réduit qui sera proposé… C’est à l’opposé de ce qu’il faudrait faire pour inciter massivement les usagers et usagères à prendre les transports collectifs plutôt que la voiture : la gratuité permanente !

Les pics de pollution de l’air dans une agglomération comme l’Île-de-France sont largement dus au trafic routier1 (de un quart pour les particules PM10 à la moitié pour les PM2.5). Ces problèmes qui sont plus « visibles » (ou moins « invisibles ») parce qu’ils touchent à nos poumons, ne font que s’ajouter au problème des gaz à effet de serre (un quart dus aux transports) qui font peser une menace globale. Il n’y a pas de doute : il est nécessaire de diminuer l’utilisation de la voiture individuelle (mais également les camions que le capitalisme multiplie2).

Pécresse se plaint qu’une journée de gratuité des transports en commun coûte 4 millions d’euros. Elle espère surfer sur des sentiments réactionnaires de contribuables effrayés à l’idée de payer pour des « assistés ». On va beaucoup moins pointer du doigt les actionnaires du CAC40, ces assistés qui captent pourtant plus de 150 millions d’euros par jour3... En nous débarrassant d’eux, on pourrait étendre immédiatement le réseau, pour être bien mieux desservi.e.s sans être les un.e.s sur les autres. Nous voulons la liberté réelle de circulation pour tous.tes, au lieu d’avoir la « 3e flotte de jets privés » 4 pour une poignée !

Supprimons les tourniquets, supprimons les rentiers !

Supprimons les tickets, supprimons les PDG !


1http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/03/17/quelle-est-la-responsabilite-de-la-voiture-dans-la-pollution-de-l-air_4384198_3244.html

2http://tendanceclaire.org/article.php?id=839

3http://www.liberation.fr/france/2017/01/10/les-actionnaires-du-cac-40-a-la-fete_1540459

4 http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2012/03/15/97002-20120315FILWWW00465-jets-prives-la-france-3e-flotte-d-europe.php

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Cilmat

Irma : Après la catastrophe climatique, la catastrophe sécuritaire et médiatique

Ce mercredi 6 septembre, l'ouragan Irma, décrit comme le plus puissant jamais enregistré dans l’Atlantique avec des vents allant jusqu'à 356km/h au moment de l'impact, à frappé les Caraïbes et la côte Est des États-Unis. L'île de Saint-Martin, moitié sous domination française, moitié néerlandaise, à subit de plein fouet cette catastrophe majeure. Le passage de l’ouragan a fait au moins 27 morts dans les Caraïbes : dix dans la partie française et quatre dans la partie néerlandaise de Saint-Martin, quatre dans les îles Vierges américaines, six dans les îles Vierges britanniques et l’archipel d’Anguilla, deux à Porto Rico, une à Barbuda. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Écologie

Sortir du capitalisme = diviser par 2 les gaz à effets de serre

L'économie de marché empêche de réaliser des économies d’énergie massives, qui sont une condition nécessaire pour la transition énergétique. Mais il est très difficile de mettre des chiffres sur ces économies structurelles. Pourtant, il est utile d’avoir des ordres de grandeur pour fixer les idées. Nous voulons ici soutenir une estimation très grossière : en sortant du capitalisme, nous pourrions immédiatement diviser par 2 les émissions de GES. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Écologie

Sortir du nucléaire en moins de 10 ans : oui c’est possible !

Nous partageons ici le scénario de sortie du nucléaire en 10 ans défendu par le NPA, basé d'une part sur un plan d'économies d'énergie (chauffage, pertes en ligne, industrie, publicité...), d'autre part sur un développement massif des énergies renouvelables (solaire photovoltaïque, éoliennes, géothermie, cogénération...). Les solutions existent, à condition de rompre avec le système capitaliste qui ne répond qu'à la logique du profit.

Télécharger en pdf Tweeter Facebook