[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Newsletter

Ailleurs sur le Web [RSS]

Lire plus...

Twitter

À quoi sert la campagne Poutou ?

Suite à la conférence nationale du NPA, Philippe a tenu une conférence de presse (avec Cathy) et fait un entretien avec Le Média. Ce que nous craignions se confirme : cette campagne ne porte pas un projet crédible et désirable, alternatif à celui des réformistes. La direction revendique de porter des perspectives de trois ordres au cours de cette campagne : « lutter », « prendre nos affaires en main », et « rassembler, nous organiser ». De belles intentions, qu’il ne suffit pas de proclamer pour qu’elles se réalisent : il faut pour cela que nous soyons porteurs/ses d’une alternative politique et que nous sachions convaincre sur l’intérêt spécifique de notre campagne.

Ce n’est pas du tout le cas aujourd’hui. Concernant le programme, des mesures d’urgence sont juxtaposées, mais aucune colonne vertébrale ne se dégage. Une mesure phare est une sorte de revenu déconnecté du travail et de l’emploi. Cela ressemble beaucoup au « revenu universel » comme l’a remarqué Marianne. On évoque l’extension des services publics au lieu de mettre au centre la question de l’appropriation collective des moyens de production, l’expropriation des capitalistes, par un gouvernement des travailleurs/ses pour garantir à chacun-e une place dans la division du travail, un salaire à vie, et permettre la satisfaction des besoins fondamentaux.

Même si Philippe introduit ici ou là, des mots d'ordre formellement plus corrects, comme l'évocation de l'expropriation ou la référence vague à la nécessité d'une planification dont il ne précise pas les conditions, cela ne change pas l'orientation fondamentale de la campagne. En effet, défendre une orientation révolutionnaire, ce n'est pas reprendre telle ou telle formule correcte en passant, qui avancée comme ça ne veut rien dire pour les gens, mais expliquer concrètement l'alternative que nous proposons à la politique du gouvernement Macron et des capitalistes en général à partir de questions précises (fermeture d'entreprise, licenciements, gestion de la crise sanitaire, écologie, féminisme, racisme, etc.).

Nous ne sommes pas armé-e-s pour défendre ou même justifier cette campagne autrement que pour rendre visible notre parti. C’est très autocentré et insuffisant. Pourquoi notre candidature alors qu’il existe déjà dans le paysage la candidature de LO et de Anasse ? Parce que « avec LO on ne se parle pas » et parce que les camarades du CCR sont de méchant-e-s entristes. Là aussi, c’est très faible. Du coup, Philippe a dû concéder que notre « spécificité » était que contrairement à elles et eux, on ne voulait pas construire un parti révolutionnaire et que d’ailleurs notre projet n’était pas révolutionnaire…

Quant au choix de Philippe, que d’hypocrisie et même de mensonges ! Face à une question d’une journaliste qui demandait pourquoi la candidature d’une femme proposée par une plateforme avait été rejetée, Cathy a répondu « il n’y a pas eu de candidature femme »… à cause du covid ! Est-il si compliqué de dire la vérité, à savoir que la plateforme 2 a fait le choix de la candidature de Philippe et qu’elle a donc rejeté les autres candidatures (y compris celles de femmes) parce qu’elles venaient d’autres plateformes ? La vérité n’est pas toujours révolutionnaire, mais elle a au moins le mérite de ne pas prendre les gens pour des imbéciles.

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

NPA

De la présidentielle aux législatives : les multiples errements du NPA

Le NPA a commencé par rater complètement le coche des présidentielles, sans prendre du tout la mesure de ce qui s’y jouait. Il peut bien sûr être légitime qu’un parti révolutionnaire ou en tout cas anticapitaliste profite de la tribune offerte par les élections pour faire entendre la spécificité de son orientation et se construire : mais d’une part, le NPA ne profite jamais de ces tribunes pour développer une orientation révolutionnaire clairement délimitée par rapport aux programmes réformistes, d’autre part il a complètement ignoré le sens politique que la candidature réformiste de Mélenchon avait dans la conjoncture présente.

  Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Analyse critique du programme de Mélenchon

Chapitre 8.5: "Refuser le chantage : annuler la dette publique"... oui, mais comment serait-ce possible sans rompre l’Union européenne ?

Selon le programme AEC, « la dette publique est instrumentalisée pour justifier l’austérité et les privatisations. Mais l’État détient plus de patrimoine que de dette : chaque enfant naît avec plus de 10 000 euros d’actif public ! L’argent pour vivre mieux existe et l’action de la Banque centrale européenne (BCE) pourrait nous libérer de ce chantage des libéraux. Il faut aussi traiter la question des dettes privées qui est le véritable danger à court terme. »

  Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Législatives

Législatives: Pour un accord avec l’Union populaire, clarifions les enjeux !

Nous nous félicitons du vote majoritaire au CPN pour entamer un processus de discussion avec l’Union populaire. Il est dommage que la majorité du CE n’assume pas le changement de cap par rapport à la campagne présidentielle. Elle évoque le changement de contexte et la nécessité de répondre aux aspirations de notre camp social pour justifier la nécessité d’un accord avec l’Union populaire.

  Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook