[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

A Toulouse, la disparition de l’université du Mirail

Université

Brève publiée le 31 juillet 2018

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

Un paysage de chantier, à la périphérie de Toulouse. Georges Candilis est l'auteur, entre autres, de l'université du quartier du Mirail, qui vient d'être détruite. Du Mirail faisons table rase : enquête sur la disparition d'une université des années 70.

Maquette de l'ensemble du Mirail

Maquette de l'ensemble du Mirail• Crédits : Jean-Marie Porcher - Radio France

Première diffusion : 23-26/01/17

Georges Candilis est de ces rares architectes dont les constructions se comptent en centaines. Et pour cause : il est de cette génération, controversée, qui a construit à tour de bras, à cette époque où l'Etat planificateur passait commande pour des constructions XXL. Il est l'auteur, entre autres, du quartier du Mirail, une mégastructure de béton, à la périphérie de Toulouse.

Crédits photo : Jean-Marie Porcher / Camille Juza

Georges Candilis n'est donc pas un architecte mineur et il est assez étonnant de voir une partie de son œuvre démolie sans autre forme de procès et dans une quasi indifférence : l'été 2016 a vu en effet disparaître sous les bulldozers l'université qu'il avait construite au Mirail. Emergent en lieu et place des bâtiments construits et financés par la société Vinci, au sein d'un juteux partenariat public/privé qui attribuera à cette même société le marché de l'entretien du nouveau campus.

Ici, l'idée est d'interroger la schizophrénie de la France face à son patrimoine architectural des Trente Glorieuses. Les architectes de l'après-guerre ont été, après avoir reçu des commandes pléthoriques liées à la Reconstruction, très déconsidérés, notamment au vu des difficultés rencontrées dans certains de ces quartiers. Au point qu'une grande partie de la loi de rénovation urbaine consiste largement en la démolition de leurs bâtiments, comme s'il s'agissait d'effacer une faute urbanistique et architecturale. Comment regardons-nous ces bâtiments ? Que racontent-ils que nous ne pourrions plus entendre ? C'est bien sûr l'objet "universitaire' qui nous intéresse aussi ici : que nous racontent les propositions d'hier sur la pédagogie et la transmission des savoirs et quelles visions les remplacent aujourd'hui ?

Avec :

  • Julien Roumette, professeur de Lettres modernes, université Jean-Jaurès, Toulouse
  • Enrique Fraga, professeur d’Espagnol, université Jean-Jaurès, Toulouse
  • Jésus Aguila, professeur de musicologie, université Jean-Jaurès, Toulouse
  • Gérard Huet, architecte, Cabinet Cardete et Huet
  • Léa Razes, étudiante en philosophie, Université Jean-Jaurès, Toulouse
  • Christian Freigang, professeur d’histoire de l’architecture, Freie Universität, Berlin
  • Judith Meinschäfer, professeur de langues romanes, Freie Universität, Berlin
  • Iren Böhme, architecte, Freie Universität, Berlin

Une série documentaire de Camille Juza, réalisée par Vincent Decque

Voir toutes les vidéos