[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Ce que nous reprochons à la direction sortante (PU)

Par Julien Varlin (21 décembre 2017)
Tweeter Facebook

La plateforme U regroupe globalement le bloc qui a dirigé le parti depuis la dernière conférence nationale et la campagne Poutou. C’est vraisemblablement la plateforme qui sera majoritaire. Dans beaucoup de comités, les autres positions ne sont pas représentées, et les enjeux n’apparaissent pas clairs. Dans ces conditions une sorte de « légitimisme » l’emporte souvent, poussant à voter pour le bloc le plus gros et le plus « historique ». C’est pour cela que nous trouvons important d’expliquer nos désaccords politiques avec les camarades qui portent la PU, et de montrer en quoi nos propositions pour le parti sont différentes.

A notre avis, le texte de la PU ne contribue pas à rendre le congrès utile, parce qu’il esquive les désaccords au lieu de les expliciter et de les argumenter.

Ainsi la plupart du texte est un long développement sur l’analyse de la situation. Beaucoup de camarades se plient à cet exercice convenu en faisant comme si leur ligne découlait logiquement de leur meilleure analyse de la situation. En réalité, à partir d’une même situation, nous pouvons défendre des orientations différentes, en fonction de notre stratégie. C’est ce débat qui devrait être central dans le congrès. Au lieu de cela, la PU copie-colle un passage des principes fondateurs et annonce qu’il « faudra » rouvrir le débat sur la stratégie…

D’un côté la PU emploie les termes réformistes/révolutionnaires comme s’il était clair pour tout le monde que le NPA se veut un parti révolutionnaire, de l’autre côté, elle réaffirme que « le NPA a été créé pour regrouper les anticapitalistes et les révolutionnaires ». Y a-t-il des anticapitalistes non révolutionnaires ? Est-ce pour cela que nous n’affirmons aucune stratégie claire ? Il ne s’agit pas pour nous de dire que les camarades de la PU ne souhaitent pas une révolution. Mais nous savons bien qu’il y a des hypothèses stratégiques différentes dans le parti (et dans la PU), et il est dramatique qu’elles ne soient pas discutées. Cela empêche le parti d’avancer, et cela tend aussi à déporter les débats internes vers des procès d’intention, des tensions inter-personnelles…

Dans l’analyse de la PU, beaucoup de faits sont présentés comme des fatalités. Comme lorsque les camarades écrivent que les nombreuses luttes contre les licenciements « n’ont pas réussi à poser la question des licenciements comme un enjeu politique central, national, même si la question de leur interdiction et des réquisitions des entreprises est présente dans la réflexion des salariéEs ». Et la responsabilité des organisations ? Malheureusement notre agitation sur l’interdiction des licenciements est au mieux abstraite et au pire problématique, quand nos porte-parole réclament pour cela une « loi » parfaitement utopique. La réquisition de toutes les entreprises qui licencient doit être notre cheval de bataille, pas une réflexion que nous attendons de voir émerger ! Des réquisitions/expropriations que nous lions à notre programme de pouvoir des travailleur·se·s elles/eux-mêmes, le seul qui en finirait avec le pouvoir de vie et de mort qu’ont les patrons.

Ou encore, le dramatique rétrécissement du NPA depuis sa création est évoqué… sans aucune autocritique ! Tout cela au nom du fait que les organisations réformistes (comme la FI) sont forcément plus massives que les partis révolutionnaires. Certes, mais avant même d’être en désaccord, un grand nombre de nos sympathisant·e·s ne voient pas quel programme révolutionnaire nous avons à proposer. Nous sommes surtout vu·e·s comme des agitateur·ice·s radicaux/ales, parfois très actif·ve·s et apprécié·e·s, mais sans programme cohérent pour en finir avec ce système.

Contrairement à la plupart des autres plateformes issues de l’ex PA, nous pensons fondamental de construire un programme de transition vers notre projet de société. Certains camarades balayent cela d’un revers de main en disant que ce n’est pas un « bon texte » qui va changer les choses. Il s’agit de bien : de définir le socle commun qui nous réunit, que nous faisons vivre dans nos diffusions, interventions, discussions avec les contacts, dans les interventions de nos porte-parole, nos clips... Sans un tel socle défini en positif, le NPA continuera à manquer d’enthousiasme pour militer tou·te·s ensemble au-delà de nos divergences. La plateforme T « Pour le pouvoir des travailleur·se·s, vers le communisme autogestionnaire » est une proposition pour aller vers cette refondation.

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Congrès NPA

Mener les débats pour refonder le NPA 

La majorité sortante dépolitise les débats : elle cherche à faire croire qu'une majorité arithmétique (qu'elle a déjà au CPN et au CE) permettra au parti de se relancer. Pour cela, elle esquive les débats politiques. Elle ne veut pas discuter du programme. L'enjeu du congrès serait juste de « réaffirmer » le NPA, c'est-à-dire en fait de reconduire la majorité sortante. On ne construit rien de solide en refusant de mener les débats. En 2012, la majorité (relative) sortante a explosé en plein vol, avec des départs massifs au Front de gauche. En 2015, la P2 s'est placé au « centre » du parti... pour mieux exploser quelques mois plus tard.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Congrès NPA

La rotation des mandats : c’est pour quand ?

Lors de l’adoption des statuts provisoires du NPA en 2009, il était écrit : « Le principe de rotation de l’ensemble des directions, soit en nombre de mandats successifs (2, 3 ou 4) soit en nombre d’années, est discuté pour être adopté dans les statuts définitifs ». En 2009, 4 mandats successifs apparaissait comme un maximum envisagé. En 2013, le congrès a précisé les choses : « Le nombre de mandats successifs au CPN est limité à 4 mandats consécutifs ». Mais la majorité sortante nous explique aujourd’hui que la règle des 4 mandats successifs doit s’appliquer… à partir de 2013, au nom du fait qu’une décision ne peut pas être « rétroactive » ! Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Congrès NPA

Un communisme autogestionnaire pour le 21e siècle

En 2017 au NPA, nous avons été nombreux·ses à commémorer les 100 ans de la révolution russe, expérience majeure pour notre courant. Pourtant, ça n’a pas été l’occasion d’un débat irriguant le parti, ce qui est lié à l’absence de débat de fond entre les principales tendances. La responsabilité première revient à la majorité (PFU), qui a préféré organiser une conférence allant jusqu’à C. Autain plutôt qu’un débat tourné vers la stratégie révolutionnaire au 21e siècle.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Congrès NPA

Le marxisme dogmatique n’est pas un bon remède au populisme

Au sein du NPA, les différentes sensibilités rivalisent d’attaques contre Mélenchon et la France insoumise. Malheureusement, ces attaques restent bien souvent superficielles, et elles ne peuvent donc pas convaincre les sympathisants de la France insoumise. On critique la posture césariste de Mélenchon, ses diatribes cocardières, autant de critiques que nous devons faire mais qui ratent l’essentiel : l’impasse de son programme keynésien antilibéral. 

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook