[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

SwissTex Valence ne doit pas mourir ! Pour la nationalisation sous contrôle des travailleurs de l’entreprise !

Par Jean Veymont ( 4 avril 2012)
Tweeter Facebook

Dans la bataille capitalistique qui fait rage en cette période de crise, les travailleurs du fabricant de machines textiles SwissTex France à Valence anciennement RITM (voir notre interview du secrétaire CGT de l’entreprise en 2010, avant la reprise de la RITM par SwissTex : http://tendanceclaire.npa.free.fr/article.php?id=139) sont de nouveau ballottés dans la tourmente au gré des appétits des charognards de ce secteur.

Le 21 avril 2010, lorsque le tribunal de commerce de Romans, après l’expiration des trois mois de redressement suite à un dépôt de bilan de RITM entérinait sa reprise par l'entreprise suisse SwissTex, c’était le soulagement pour les travailleurs. Le repreneur suisse s’engageait à garder les cinq lignes de produits ce qui signifiait que le nouvel effectif se situerait autour de 92 travailleurs. Dans cette opération réglée sur le dos des salariés c’était pourtant 50 d’entre eux qui se retrouvaient au chômage ce qui n’empêchait pas le délégué CGT de trouver « une vraie cohérence à travailler ensemble » (1) (avec les suisses de SwissTex).

L’histoire de RITM est éloquente
Dans ce marigot, les caïmans se mangent entre eux

RITM est née au début du siècle, sous le nom de Victor Pain pour devenir ensuite une SA Pain-Bourgeas Elle atteint un rayonnement international après son rachat par ACBF. A sa fermeture en 1984, Bernard Terrat crée ICBT, jusqu’au rachat en 2000 par le groupe industriel suisse Rieter.

Fin 2006, suite à la décision du groupe Rieter d’abandonner les fils synthétiques, l’entreprise est mise en vente et l’activité se poursuit sous le nom de RITM. Dans le même temps, Bavaria domicile à Munich reprenait au groupe Rieter la partie extrusion (équipements de production pour les fils de filaments) donnant naissance à SwissTex Winterthur AG (filiale de Bavaria).

Le 21 avril 2010, le tribunal de commerce de Romans a prononcé la reprise de RITM par SwissTex Winterthur AG. En décembre 2011, SwissTex Valence est devenu à 100% filiale de Bavaria.

Pour 2012, le carnet de commande est rempli à 90% dont 98% va à l’exportation. Même si c'est une entreprise financièrement viable et rentable, elle manque de trésorerie : il manque un fond de roulement de 2,5 millions d'€ pour honorer le carnet de commandes. Assoiffée de profit, Bavaria refuse d'alimenter la trésorerie pour faire mourir le site et produire ailleurs pour faire plus de profit encore.

Le comble de l’ignominie et de l’arrogance est atteint : les travailleurs et leur outil de travail serait donc sacrifié sur l’autel de la rentabilité : en l’absence de liquidités, SwissTex a été placé le 21 mars, par le tribunal de commerce de Romans, en liquidation judiciaire avec un mois pour retrouver un repreneur.

Une nouvelle fois, l’inquiétude est grande sur l’avenir de l’entreprise et ne repose selon la CGT que « sur une reprise par une autre société ». « Nous avons besoin du soutien de tous les acteurs (publics, collectivités, privés, ……) pour que l’entreprise continue à vivre »

Philippe Poutou, est venu soutenir les travailleurs au tribunal de commerce

Avant son meeting de Grenoble, Philippe Poutou est passé par Romans-sur-Isère pour y rencontrer les travailleurs de SwissTex.

Philippe Poutou avec des salariés de SwissTex

Il a tenu à rappeler qu’il était l’ouvrier candidat qui avait connu cette même situation à Blanquefort alors que Ford voulait fermer son usine mais que l’unité, la pugnacité, la résistance des travailleurs avaient réussi à faire mettre genoux ce géant industriel. Il comprenait d’autant mieux leur colère et les a exhorté à se battre par une révolte collective pour changer la donne en leur rappelant qu’il revendiquait que les licenciements et les délocalisations pour les entreprises soient interdits.

Une seule solution : la nationalisation sous contrôle ouvrier !

Depuis des années, une poignée d’industriels et d’actionnaires rapaces, avides de dividendes ont réussi à faire payer la crise aux travailleurs : RITM hier, SwisTex aujourd'hui. A chaque fois, le rachat a conduit à des restructurations avec son cortège de licenciements.

Partant de ce constat les travailleurs ne peuvent plus, ne doivent plus croire aux promesses de ces détrousseurs sans foi ni loi. Aucun repreneur ne peut garantir l'emploi : il ne peut que dépecer un peu plus l'entreprise, y prélever le maximum, pour ensuite la liquider à nouveau.

Il est temps de renverser la vapeur et de comprendre que toutes ces formes de pérennisation ne reviennent qu’à reproduire le fonctionnement du capitalisme avec son corollaire : l’exploitation et la misère.

Pour les travailleurs, c’est donc le moment :

  • De mettre sous bonne garde leur outil de travail (machines, stocks)
  • De populariser leur lutte et leurs revendications sur tout le bassin valentinois et dans toute la filière
  • De réquisitionner sans indemnité ni rachat leur entreprise et de la placer sous leur contrôle, tout en exigeant la nationalisation pour garantir le maintien de tous les emplois

1) « Ce sont un peu nos cousins, explique-t-on à la section CGT, nous avons fait partie du même groupe suisse à l'époque Rieter. Les machines qu'ils fabriquent se situent juste en amont des nôtres et nous avons beaucoup de clients communs. Il y a donc une vraie cohérence à travailler ensemble »

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Lutte de classe

Pour le groupe Hyatt, maintenir les salariéEs en sous-traitance, ça paye énormément

Une grève a débuté le 25 septembre à l’hôtel de luxe Park Hyatt Paris-Vendôme, au 5 rue de la Paix à Paris, ou « rue de la Guerre » comme l’ont renommée les 55 grévistes syndiquéEs de la CGT-HPE (Hôtels de prestige et économiques). Une grève où salariéEs de l’hôtel et de la sous-traitance se battent main dans la main pour leurs droits syndicaux et de meilleures conditions de travail et d’embauche. Une grève en majorité de femmes, de personnes qui subissent tous les jours le racisme, une grève de notre classe sociale.  Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

France

En finir avec le "dialogue social", mobiliser à la base et engager une lutte sociale de combat !

A l’appel d’une intersyndicale composée de la CGT, FO, Solidaires, l’UNEF et la FIDL, des dizaines de milliers de manifestant.e.s se sont retrouvé.e.s dans la rue pour la première manifestation nationale depuis la rentrée. Autour du mot d’ordre assez flou « Contre la destruction du modèle social du gouvernement », les manifestations furent une réussite en demie teinte dans la mesure ou elles ont rassemblé... plus de monde que la pathétique journée du 28 juin qui ressemblait plutôt à un baroud d’honneur après la défaite de la « bataille du rail ».

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook